juin 2021 : Réédition de Foucher de Careil

  • Par cgb1294
  • Le Dim 28 fév 2021
  • 0 commentaire

Réédition de l'ouvrage

Foucher de Careil, de Leibnitz au Sénat

par François Léger.

La nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée, sortira fin juin 2021. 

Une souscription est d'hors et déjà ouverte au prix de 21€ + 5€ de frais port, auprès de l'auteur, au lieu de 25€ après le 15/05/2021 fin de souscription. 

Pour souscrire vous pouvez télécharger ou imprimer le bulletin ci-dessous et l'adresser au C.G.Brie qui transmettra à l'auteur.

Bulletindesouscription foucher 2021bulletindesouscription-foucher-2021.pdf 

FoucherdecareilLe comte Louis-Alexandre de Foucher de Careil naît à Paris en 1826. Fils d’un ancien officier au service de Louis XVIII, il est aussi le petit-fils de l’un des meilleurs généraux d’artillerie de Napoléon. Du côté maternel, la famille Boscary, qui est propriétaire du château de Romaine à Lésigny (Seine-et-Marne), fournit deux générations de financiers.
Au sortir du collège Stanislas, Foucher de Careil entreprend des voyages d’études. Passionné de philosophie depuis sa jeunesse, il découvre, à la Bibliothèque royale de Hanovre, des manuscrits inédits de Leibniz qu’il traduit et publie en plusieurs volumes.
Puis, la politique s’empare de lui. En 1861, il devient conseiller général du Calvados, préfet des Côtes-du-Nord (1871), préfet de Seine-et-Marne (1872), sénateur de Seine-et-Marne (1876), conseiller général de Lagny-sur-Marne (1877), président du conseil général de Seine-et-Marne (1881). Reconnu pour son travail d’économiste et doté d’un sens diplomatique, il est nommé ambassadeur de France à Vienne en 1883. Il est également président et membre de diverses sociétés et associations. Foucher de Careil va jouir d’une activité prolifique, se partageant entre ses différents lieux de résidence : Paris, Saint-Pierre-du-Perray, Houlgate, Menton, et bien évidemment la Seine-et-Marne qu’il parcourt de long en large, rendant de nombreux services à la cause de la République.
Alors que le premier chapitre relate ses origines et son milieu familial, le second volet est, quant à lui, consacré à sa vie et à son œuvre. Chaque étape est chronologiquement décrite de 1833 à janvier 1891, date à laquelle il décède.
À la fin de l’ouvrage, un hommage est également rendu à son épouse, Maxence Amélie Fayau de Vilgruy, présidente de l’Association des dames françaises (Croix-Rouge).